Samedi 19 février 2011 6 19 /02 /Fév /2011 20:09

Assalamou Aleykoum,

 

Une amie a effectué la prière de consultation et se posant des question sur cette dernière, j'ai fait des recherches sur internet et j'ai décidé de vous les faire partager :

 

Tout d'abord la prière de consultation ne se fait pas pour : les choses qui sont interdites ou néfastes, et les choses qui sont obligatoires ou nécessaires.

 

La permission de recommencer la prière en cas de doute

Al-Moubarakfouri (رحمه الله) dit dans son commentaire sur At-Tirmidhi : "Est-il recommandé de répéter la prière et l'invocation pour la même affaire si l'intéressé ne découvre rien de rassurant qui lui permette de savoir s'il faut ou pas entreprendre? Al-Iraqi dit : il paraît que c'est recommandable". (Touhfatou al-Ahtwadhi, 2/593.)

 

Quelles sont les causes où l’invocation d’istikhâra n’est pas exaucée, ou que si elle l’est, les conséquences sont désastreuses ?

Tout ce qu’Allâh destine aux hommes est un bienfait, on ne peut imputer le mal au Créateur. Ce sont les manquements des serviteurs qui corrompent le bien divin et empêchent l’exaucement des invocations ; on peut les résumer comme suit :

· Gagner sa vie d’une manière illicite ;

· Effectuer l’istikhâra dans le but de commettre un péché ou rompre les liens avec les proches, ou causer des préjudices à autrui ;

· Ne plus ordonner le bien et blâmer le mal alors que l’on est en mesure de le faire ;

· Transgresser les normes dans l’invocation ;

· S’obstiner dans les péchés en périodes fastes ;

· Perpétrer certains péchés qui empêchent directement l’exaucement de l’invocation.

 

Sinon, j'ai trouvé des réponses de  Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid sur internet pour des cas précis :

 

Le musulman doit-il recourir à la consultation dans les affaires obligatoires ?
Question :  L’un des frères en Islam m’a interrogé sur la permission de pratiquer la prière de consultation ( pour savoir) si elle peut être faite pour n’importe quel projet ou action? Nous connaissons le hadith de Djabir Ibn Abd Allah ( P.A.a) dans lequel il dit : «  Le Messager d’Allah nous apprenait à consulter au sujet de toutes les affaires » . Le hadith est cité par Boukhari .
Qu’en est-il d’effectuer une prière de consultation au sujet d’une affaire obligatoire? En fait, je ne comprend pas ce que l’on entend par ‘’ toutes ‘’ : s’agit il vraiment de toutes les affaires ou de la plupart , étant donnée que ‘’ tout ‘’ en arabe peut parfois signifier ‘’ la plupart, selon mes connaissances ?
Eminence pouvez-vous m’édifier au sujet du terme ‘’ tout ‘’ Peut-on effectuer une prière de consultation pour une affaire obligatoire ?

Réponse

      Louange à Allah

      Il n’y a pas de consultation à propos des actions obligatoires qui nous sont imposées par Allah. Il en est de même de l’abandon des interdits. Car il serait insensé de consulter sur l’opportunité de ce qu’on ne pas ne pas faire. La consultation porte sur les choses licites pour savoir s’il vaut mieux les entreprendre ou pas.

      Elle peut également s’appliquer au recommandable qui intéresse des objets multiples, et elle vise alors à connaître ce à quoi il faut donner la priorité. C’est comme s’il s’agit de choisir une ville pour aller y étudier ou un maître pour s’instruire auprès de lui ou une assemblée savante pour y assister. La consultation sert dans ce cas à connaître le meilleur.

      Il en est de même si on veut se marier avec une femme déterminée

 

La prière de consultation semble n’avoir rien donné.

 

Quel conseil donnez-vous à des personnes voulant se marier? La femme a procédé à la consultation et a reçu un messager selon lequel elle vivrait heureuse avec son mari et qu’Allah lui dit que son choix était bon pour le couple. L’homme a aussi procédé à la consultation mais n’a vu ni signa ni rêve, ni impression. Que doivent-ils faire? Combien de fois faut-il entreprendre la consultation ? Certains disent 3 et d’autres 7? Puisse Allah vous récompenser par le bien.

 

Louanges à Allah.

Quant à la prière de consultation et l’invocation à y réciter, elles sont fondées sur le hadith rapporté par Boukhari (1109) et d’autres d’après Djabir ( P.A.a) . Pour le commentaire du hadith et les leçons qu’on en tire , référez-vous aux questions 2217 et 410.

Ses propos : « Puis il passe à ce en quoi il se trouve à l’aise » cités par certains sont mentionnés dans un hadith du Prophète bénédiction et salut soient sur lui) rapporté par Ibn as-Sunni. On y dit encore : « Quand tu t’apprêtes à entreprendre une affaire, consulte ton Maître sept fois puis examine ce qui précède à ton cœur. En effet, il renferme tout le bien » An-Nawawi dit (de ce hadith): « Sa chaîne est étrange et elle comporte des individus que je ne connais pas » Al-adhkar , P.132.

Al-Hafiz Ibn Hadjar dit : « La chaîne comporte un rapporteur connu pour sa très grande faiblesse . Il s’agit d’Ibrahim Ibn al-Bara. Par conséquent, le hadith est très faible » Al-Foutouhat ar-rabbaniyya, 3/357.

 

Ce qui est exact c’est que la facilitation de l’affaire par Allah le Puissant et Majestueux, après l’avoir décrétée et exaucé l’invocation, constitue un bon augure qui pousse à entreprendre l’action. En revanche, l’existence d’obstacles et l’absence d’une facilitation de l’affaire indiquent qu’Allah le Très Haut veut détourner son serviteur de l’affaire (projetée). Cette idée parait évident pour qui médite sur le hadith de Djabir à propos de la consultation, notamment les propos du Prophète ( bénédiction et salut soient sur lui)

« Allahoumma inni astakhirouka bi ilmika wa astaqdirouka bi qudratika wa as’alouka min fadhlika fa innaka taqdirou wa la aqdirou wa t’alamou wa la a’lamou wa anta allamoul ghouyoub Allahoumma in kounta ta’lamou hadha al-amra ( thoumma toussammihi bi aynihi) khayran li fi adjili amri wa àdjilihi (qala) aw fi dini wa ma’ashi wa aqibata amri faqdourhou li wa yassirhou li thoumma barik li fihi. Allahoumma in kounta t’alamou annhou shanroun li fi dini wa m’ashi wa aqibata amni ( aw qala) fi ‘adjili amri wa adjilihi fasrifni anhou ( wasrifhou anni) waqdour li al khayra haythou kana thoumma radhini bihi »

Après avoir rapporté la déclaration de la faiblesse du hadith d’Anan émise par les imam, Ibn Allan dit : « Dès lors, il a été dit : « Il vaut mieux que l’intéressé fasse ce qu’il veut (même s’il ne préssente aucune assurance ) car ce qui se passera après la prière sera bien ».

Al-hafiz Ibn Hadjar dit : « Al-Hafiz Zayn ad-dine al-Iraqi a dit : On engage l’action après la consultation et ce que l’on entreprendra comportera du bien, quel qu’il soit. Cet avis est corroboré par cette phrase qui se trouve à la fin de certaines versions du hadith d’Ibn Massoud: « Puis qu’il se décide »

Fin des propos d’al-Iraqi. Ibn Hadjar reprend «J’ai expliqué plus haut la signification de cette phrase et indiqué que son rapporteur- c’est-à-dire celui qui ajoute : «Puis qu’il se décide » est faible, mais il est préférable au rapporteur de ce dernier hadith «puis examine ce qui précède à ton coeur ». Al-Foutouhat ar-Rabbaniyya , 3/355 - 357.

Parmi les fausses croyances entretenus par la masse figure celle qui veut qu’on se livre au sommeil immédiatement après la consultation et que l’on considère les bonnes choses vues en rêve comme un bon augure qui signifie que l’entreprise est bonne et qu’il peut s’y engager, et que l’on juge qu’en l’absence d’un rêve on doit s’abstenir ( voilà ce qu’entend l’auteur de la question quand il déclare que la femme a reçu un message). Ce n’est point un indice valable comme nous le savons.

L’analyse que nous venons de faire ne signifie pas que le sentiment de soulagement qui envahit l’intéressé ( après la consultation ne fait pas partie des ( bons ) signes .Elle signifie qu’il ne faut pas en faire l’unique signe décisif sur la bonté de l’entreprise. L’homme procède souvent à la consultation à propos d’une affaire qu’il aime et pour laquelle il est bien disposé dès le départ.

A propos du sentiment de soulagement, Cheikh al Islam ( Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit : « Une fois Allah consulté,on doit penser que le choix d’Allah réside en ce à quoi on se sent à l’aise et le trouve facile . » Madjmou’ al-fatawa , 10/539. Aussi existe t-il une différence (énorme ) entre celui qui fait du soulagement l’unique signe et celui qui en fait un signe parmi d’autres.

Il n’existe aucun délai déterminé pour effectuer la prière de consultation et il est permis de répéter la prière plusieurs fois. Aucun nombre n’est fixé, et le prieur peut faire des invocations avant et après le clôture de la prière .Allah le sait mieux.

 

  Comment profiter justement de la prière de consultance?

 
Après avoir accompli la prière de consultance, après qu'une personne s'est présentée pour demander ma main, j'ai fait un rêve au cours duquel la sœur du demandeur m'a vêtu d'un manteau vert et m'a dit que son frère ne conduissait que vers ce qui est beau. J'espère que vous m'expliquerez la signification de ce rêve afin que je puisse tirer un juste profit de ma prière de consultance.

Louanges à Allah

Voici plusieurs choses dont il faut tenir compte:

Premièrement, s'agissant de votre rêve, vous devez interroger à son propos un bon interprète animé d'une foi sûre afin qu'il vous l'explique. Méfiez vous des ignorants et des charlatans.

Deuxièmement, beaucoup de gens croient que la prière de consultance doit nécessairement être suivie d'un rêve ou d'un réconfort particulièrement sensible ou d'autres choses semblables, ce qui n'est pas juste. Car, même si rien de tout cela ne se passait, si l'on a bien mené la prière de consultance, si l'on a employé les moyens disponibles pour connaître ce qu'il y a de mieux à faire, et si après consultance, recherche et interrogation des gens d'expérience on avance, on peut espérer du bien pour l'intéressé, même s'il n'éprouve aucun réconfort et même s'il ne réussit pas dans l'affaire pour laquelle il a entrepris la consultance. Son acte peut comporter un bien qu'il ne connaît pas et que son Maître Puissant et Majestueux sait.

Le malékite, Ibn al-Hadj, a dit: «Certains pratiquent la consultance religieuse puis s'arrêtent en attendant de faire un rêve permettant de comprendre si l'on doit faire ou s'abstenir. Ceci n'est rien, car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a recommandé la consultance, mais pas ce qu'on peut voir en rêve». Voir al-Madkhal,4/37.

Troisièmement, à supposer que l'interprétation du rêve puisse indiquer le bien, le bon rêve ne peut aboutir à d'autres choses qu'un bon augure. Mais on ne peut pas s'y fier. Il faut faire des recherches et enquêter sur la personnalité du demandeur pour s'assurer de la qualité de sa foi, de ses mœurs et d'autres aspects de sa personnalité que vous voudrez connaître. Quand vous serez rassurée à propos de tout cela, le bon rêve représente une bonne confirmation, une source de bon augure.

Nous demandons à Allah de vous faciliter le bien et de vous bénir.

Allah le sait mieux.

 

Islam Q&A


 

Par soeurdefrance - Publié dans : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Catégories

Recherche

Derniers Commentaires

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés